COVID-19 PRINCIPALES INFORMATIONS

Les bureaux du CIQ sont présentement fermés, mais toute l'équipe travaille à distance et est rejoignable par courriel. Pour de plus amples informations, cliquez ici.

Les mérites du CIQ

RICHARD LOCAS CONSEILLER D'ORIENTATION

Mérite du CIQ

M. Richard Locas, conseiller en orientation passionné par son métier, a reçu un Mérite du CIQ à Drummondville en octobre dernier à l’occasion de la Journée de formation continue (JFC) 2019 de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec (OCCOQ). Véritable référence auprès de ses collègues en ce qui a trait à l’éthique et à la déontologie, M. Locas est reconnu surtout dans son milieu pour son engagement soutenu envers la profession.

 

Titulaire d’un baccalauréat spécialisé en psychologie et d’une maîtrise spécialisée en counseling de l’Université de Montréal depuis 1987, M. Locas avait un intérêt marqué pour les interventions orientationnelles dès le début de sa carrière. En effet, à la suite de sa graduation, il est devenu psychométricien scolaire au Nouveau-Brunswick.

 

À son retour au Québec en 1989, il a travaillé pour un organisme communautaire en développement de l’employabilité auprès d’une jeune clientèle. Parallèlement à cet emploi, il a fondé avec trois associés l’entreprise Développement orientation carrière dans laquelle il s’est investi durant 9 ans. En 1998, il a amorcé une carrière de près de 20 ans à l’OCCOQ, notamment comme inspecteur professionnel et comme chargé d’affaires professionnelles. Depuis 2016, M. Locas est aussi chargé de cours à l’Université de Sherbrooke au département d’orientation.

 

Une pratique irréprochable

Avec l’insertion professionnelle comme intérêt, M. Locas s’est démarqué par sa volonté d’offrir un service irréprochable. Cette volonté s’est entre autres illustrée par la fondation en 1993 de Visa d’exploration, un jeu qui permet à une clientèle peu scolarisée d’explorer les différents domaines professionnels. « Les tests écrits étaient moins adaptés à la clientèle avec un niveau de scolarisé plus faible, donc nous avons construit ce jeu en collaboration avec un organisme communautaire. Il a bien servi le milieu communautaire en développement de l’employabilité », note celui qui s’est vu remettre le Prix de l’Orientation en 1994 pour la conception de cet outil.

 

Pendant 20 ans à l’Ordre, le souci de la compétence de M. Locas s’est nettement démarqué. En plus d’avoir été inspecteur, il a été coordonnateur de l’inspection professionnelle, siégé sur de nombreux comités et contribué aux modifications du Code de déontologie. Aujourd’hui, il est passionné par la transmission du savoir aux professionnels de demain qui se trouvent sur les bancs d’université, notamment en insistant sur l’importance de l’intégrité et des connaissances.

 

Faire évoluer la pratique

Un ingrédient gagnant dans la recette de la reconnaissance de la profession a été la mise sur pied au milieu des années 2000 de l’énoncé de pertinence sociale de l’OCCOQ, qui n’avait pas été revue depuis les années 1940 au Québec. « Nous avons fait une tournée du Québec pour aller à la rencontre des conseillers en orientation. On a fait tout un exercice pour nommer notre utilité sociale, et c’est devenu quelque chose que tous se sont appropriés dans leur profession », raconte celui qui a toujours répondu présent pour faire rayonner la profession.

 

L’engagement de M. Locas a contribué à faire tomber les préjugés envers la profession de conseiller d’orientation. « La façon d’améliorer la reconnaissance est de s’assurer que l’ensemble des professionnels offre des services de qualité. Après 20 ans, c’est mission réussie. La profession est appelée à se prononcer fréquemment sur la place publique à travers les médias », conclut-il.

– 30 —

 

Le Conseil remercie son commanditaire de prestige, La Personnelle, pour sa généreuse contribution dans la remise de ces prix.

RETOUR À LA LISTE