COVID-19 PRINCIPALES INFORMATIONS

Les bureaux du CIQ sont présentement fermés, mais toute l'équipe travaille à distance et est rejoignable par courriel. Pour de plus amples informations, cliquez ici.

Les mérites du CIQ

Danielle Mousse chimiste

Mérite du CIQ

Femme engagée dans son milieu, la chimiste Danielle Miousse a reçu un prix Mérite du Conseil Interprofessionnel du Québec (CIQ) en septembre dernier lors de l’assemblée générale de l’Ordre des chimistes du Québec (OCQ) au Fairmont Le Manoir Richelieu à La Malbaie. Celle qui a effectué son baccalauréat, sa maîtrise et son doctorat en chimie à l’Université de Sherbrooke est membre de l’OCQ depuis 28 ans, au sein duquel elle a acquis une précieuse expérience.

Animée par un désir de s’impliquer, Mme Miousse a commencé à siéger au conseil d’administration de l’OCQ en novembre 2002. Aujourd’hui, la chimiste chevronnée affirme que cet engagement de longue date s’est avéré une expérience positive. « Au cours de mes 5 mandats, j’ai occupé divers postes et j’ai beaucoup appris sur le plan légal. Qu’est-ce que la pratique illégale ? Qu’est-ce qui pousse les gens à faire de la pratique illégale ? Pourquoi l’ordre décide-il de poursuivre? Bref, c’est une expérience qui m’a beaucoup fait grandir ! », estime-t-elle. Dans son travail quotidien, ses nouvelles connaissances lui ont permis de sensibiliser ses collègues à la légalité de leurs tâches et à l’importance de l’intégrité professionnelle quant au code de déontologie de l’OCQ.

 

Pour faire avancer la profession

Faire partie d’un ordre est, selon Mme Miousse, une façon de faire avancer la profession qui nous anime. Par exemple, son parcours à l’OCQ lui a permis de participer à la rédaction du projet de loi pour changer la Loi sur les chimistes professionnels qui date des années 1960.

Elle estime également que le titre réservé de l’OCQ est essentiel pour faire reconnaître la profession de chimiste. « C’est un métier qui a mauvaise presse auprès du public. Faire partie de l’Ordre, c’est aussi une façon de se faire reconnaître. Plus il y a de membres, plus nous allons avoir un poids important », ajoute-t-elle.

Considérant l’OCQ comme un incontournable pour protéger les intérêts du public, Mme Miousse a fait son retour à l’Ordre en 2017 après une pause pour participer à un nouveau comité en déontologie et éthique. « Le Mérite du CIQ m’a donné de l’énergie. J’ai plusieurs années devant moi, donc j’ai encore beaucoup à offrir! », note Mme Miousse.

 

Faire voyager les gens

Spécialisée en électrochimie, plus spécifiquement en électroplacage, cette femme d’action qui aime relever des défis a occupé plusieurs emplois au cours de sa carrière. D’abord enseignante dans le milieu universitaire, Mme Miousse s’est découvert un grand intérêt pour la recherche appliquée en usine, notamment chez Héroux-Devtek au tournant des années 2000 en tant que chef chimiste. « C’est à ce moment de ma carrière que j’ai découvert ma passion pour la construction aéronautique. Travailler sur des pièces d’avion, ça fait voyager les gens et ça leur fait réaliser leurs rêves. Je trouvais donc ma profession très stimulante », affirme-t-elle.

Au cours de ses expériences professionnelles, que ce soit chez Héroux-Devtek, chez Integrated Technologies, chez LOOP Canada Inc. ou chez Tekalia Aéronautik, Mme Miousse a pu mettre en application ses découvertes en amélioration de procédés en ce qui a trait l’électroplacage, c’est-à-dire la déposition de métaux sur de l’acier ou un autre matériau. Cela permet d’améliorer leur résistance à l’abrasion, à l’usure, au frottement ou tout simplement à la corrosion pour augmenter la durée de vie des composantes métalliques.

 

Démocratiser la chimie

Avec 74 publications, 4 brevets, 30 conférences et 6 affiches à son actif, l’accessibilité de la science est au cœur des engagements de Mme Miousse. Cette importance qu’elle accorde à la démocratisation de la profession l’a, par exemple, amenée à faire connaître ses découvertes à d’autres scientifiques de divers domaines et à travailler auprès des jeunes comme membre du jury pour l’Association pour la recherche au collégial (ARC) lors de colloques durant lesquels les étudiants présentent leurs recherches.

« Je suis tombée en amour avec la chimie en secondaire 4 grâce à un professeur passionnant. Donc, par mon engagement auprès des jeunes, je souhaite les intéresser à la science et leur montrer qu’il y a des gens qui s’intéressent à leurs recherches. S’ils sont passionnés par la chimie, ils doivent foncer ! Ils peuvent faire évoluer la science, participer à la réduction de la pollution et faire avancer la médecine », explique Mme Miousse.

Le Conseil remercie La Personnelle qui agit à titre de commanditaire officiel dans la production et la remise du « Prix du CIQ » et des « Mérite du CIQ ».

RETOUR À LA LISTE