COVID-19 PRINCIPALES INFORMATIONS

Les bureaux du CIQ sont présentement fermés, mais toute l'équipe travaille à distance et est rejoignable par courriel. Pour de plus amples informations, cliquez ici.

Les mérites du CIQ

Richard Bourassa médecin vétérinaire

Mérite du CIQ

Richard Bourassa, vétérinaire depuis 1982, a reçu un prix Mérite du CIQ au mois d’octobre dernier lors du Congrès vétérinaire 2018 de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec qui s’est tenu au Centre des congrès de Saint-Hyacinthe. Diplômé de l’Université de Montréal, M. Bourassa est à l’emploi de l’Hôpital vétérinaire de Sherbrooke depuis 37 ans et est spécialisé auprès des grands animaux.

Membre de l’Ordre depuis 1982, son engagement s’est concentré au sein du comité de l’assurance responsabilité professionnelle (ARP) pendant 15 ans, dont 10 ans comme président. Ayant pour but d’analyser les réclamations des clients insatisfaits, le comité apporte un soutien à l’Ordre pour éclairer les cas qui se présentent. De plus, à titre de président, M. Bourassa a également eu le mandat d’émettre des recommandations afin de réduire le nombre potentiel de cas problématiques.

« J’ai été sollicité et j’avais le goût de participer. J’étais touché qu’on m’approche, donc j’ai pensé que je pouvais peut-être être une référence pour mes pairs. C’est aussi un domaine qui m’intéressait et j’avais envie de voir ce que les cas qui concernent l’assurance responsabilité professionnelle impliquent », explique celui qui accorde une grande importance à la neutralité dans des situations délicates.

Par cet engagement, M. Bourassa souhaitait également faire valoir les nuances à considérer lorsqu’il y a une insatisfaction qui se termine en poursuite. « C’est important de comprendre ce qui en est. Je pense qu’il doit y avoir des analyses pour avoir des normes », affirme-t-il. Selon ce professionnel à la rigueur irréprochable, sa présidence du comité de l’ARP se définit surtout comme la continuité d’un travail rigoureux pour une pratique exemplaire. « Il faut être à l’affût des tendances qu’il peut y avoir dans un champ de la pratique. En effet, je pense qu’il faut essayer de voir où intervenir pour que les clients autant que les professionnels soient dans un contexte où les conditions pouvant amener de l’insatisfaction sont minimales », ajoute celui qui a toujours travaillé pour la protection du public.

 

Une formation continue

Provenant d’une famille engagée dans son milieu, M. Bourassa estime que son implication au sein de l’Ordre fut très enrichissante, car elle s’est présentée comme une sorte de formation continue. « C’est une façon de voir la qualité de la pratique dans des contextes très limités. Souvent, nous arrivons seuls chez un propriétaire de grands animaux avec des conditions qui ne sont pas toujours évidentes : condition du bâtiment, éclairage, température, etc. Il faut faire de grandes choses dans un environnement souvent difficile », note-t-il.

De surcroît, M. Bourassa souligne que ses années au comité de l’ARP lui ont non seulement permis de constamment s’améliorer, mais aussi d’aider ses pairs. « C’est indéniable qu’être au cœur de discussions délicates influence et solidifie les principes que tu veux mettre en œuvre dans ta pratique quotidienne. De plus, les gens te consultent pour discuter des cas et des règles de l’art qui devraient être appliquées. C’est foncièrement pratique », ajoute M. Bourassa.

Homme d’équipe, le vétérinaire chevronné accepte ce prix humblement. Malgré tout, il est très fier du travail accompli à titre de président du comité de l’ARP. « La variété des cas, l’intérêt continu et l’apprentissage constant ont rendu cette expérience stimulante. J’avais l’impression de sentir que je pouvais aider mes collègues en raison de mon expérience. J’ai éclairé des situations délicates et je pense avoir apporté un niveau d’expertise aux dossiers », conclut-il.

 

Le Conseil remercie La Personnelle qui agit à titre de commanditaire officiel dans la production et la remise du « Prix du CIQ » et des « Mérite du CIQ ».

RETOUR À LA LISTE