Les mérites du CIQ

France St-Jean

Mérite du CIQ

L’Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec honore France St-Jean

Femme d’action, l’inhalothérapeute France St-Jean a reçu un prix Mérite du CIQ de l’Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec (OPIQ) au début du mois d’octobre à Gatineau. Dédiée au développement de sa profession, Mme St-Jean a toujours fait de la compétence une priorité.

 

Après un an en microbiologie au niveau universitaire, Mme St-Jean a réorienté ses études en inhalothérapie pour être en relation avec le public. Titulaire d’une technique du Collège de Rosemont depuis 1983, Mme St-Jean a complété le défunt certificat en inhalothérapie de l’Université de Montréal en 1994 pour parfaire sa formation. Au début de sa carrière, elle a œuvré en centre hospitalier durant 14 ans. Puis, en 1998, elle est devenue la première coordonnatrice aux inspections professionnelles de l’OPIQ. Après 3 ans de travail acharné pour la profession, Mme St-Jean a choisi l’enseignement au Collège de Rosemont en inhalothérapie de 2001 jusqu’à sa retraite l’an dernier.

 

Une pionnière

Mme St-Jean a participé au développement et la mise en œuvre du laboratoire d’hémodynamie de l’hôpital Pierre-Boucher au début des années 1990, ce qui a mené à la création d’un nouveau secteur d’activités professionnel pour les inhalothérapeutes.

 

« Les cardiologues souhaitaient avoir des inhalothérapeutes à leurs côtés pour les assister dans leurs procédures et dans l’organisation de la salle. Ce n’est pas encore à grande échelle aujourd’hui, mais cette nouveauté à l’époque a fait en sorte qu’un nouveau secteur de normes a été créé à l’Ordre », explique-t-elle.

 

Son apport significatif pour le développement de la profession s’est aussi illustré alors qu’elle coordonnait les inspections professionnelles de l’Ordre. Par cet emploi, elle a contribué concrètement à l’excellence de la profession en instaurant la formation continue pour les membres. De plus, elle est très fière d’avoir contribué à l’élaboration des premières normes professionnelles de l’OPIQ.

 

Elle s’est aussi impliquée à titre de membre du conseil d’administration pendant plusieurs années où elle a occupé la fonction de 2e vice-présidente au comité exécutif. « La protection du public passe par la compétence des membres et elle était au cœur de mon travail. C’est quelque chose qui fait partie de mes valeurs, et c’est ce qui m’a finalement amené à enseigner », note Mme St-Jean.  

 

Pour une éducation supérieure

Enseignante passionnée, Mme St-Jean s’emploie à développer les compétences des futurs professionnels. Rigoureuse, Mme St-Jean a contribué à la révision du programme d’inhalothérapie du Collège de Rosemont et a aussi participé à l’élaboration de l’épreuve synthèse du programme, volet pratique. Soucieuse d’être bien outillée et de montrer l’exemple, elle a obtenu en 2007 un Diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) de 2e cycle en enseignement à l’Université de Sherbrooke, alors qu’elle travaillait à temps complet.

 

Durant toutes ses années d’engagement, Mme St-Jean a porté le projet de rehausser la formation initiale au niveau universitaire. « Comme enseignante, professionnelle et ancienne coordonnatrice, je vois la marche à enjamber entre ce que le milieu exige et ce qu’on peut offrir dans le cadre de la technique. C’est pourquoi il faut continuer de s’améliorer », conclut-elle.

– 30 —

Le Conseil remercie chaleureusement son commanditaire officiel pour la remise des Mérites du CIQ, La Personnelle.

­

RETOUR À LA LISTE